Retrouvez-nous au Composites Meetings de Nantes du 13 au 14 novembre 2019

METROM sera présent à FORMNEXT 2019

23/10/19

Basé à Hartmannsdorf (Saxe, Allemagne), Metrom associe ses remarquables machines-outils à la technologie d’impression 3D de Fraunhofer IWU. Il espère créer de nouvelles applications additives.

METROM

Lors de Formnext 2019, Metrom et Fraunhofer IWU souhaitent établir un nouveau record du monde en atteignant une vitesse d’impression de 1,2 mètre par seconde.

À Hartmannsdorf, l’usine de production de Metrom, l’inventivité qui fait la renommée de la Saxe porte ses fruits à la fois novatrice et extraordinaire. L’une de ces percées ressemble au dôme hémisphérique d’une petite station radar, mais avec des pattes d’acier saillantes en forme d’araignée qui pivotent et se balancent selon un rythme mystérieux autour d’un seul point de mise au point. À travers une petite fenêtre dans le dôme, vous pouvez voir comment les jambes déplacent une broche d’entraînement et un outil de fraisage qui donnent une forme précise à un composant métallique de plus d’un mètre de diamètre.

Cette machine-outil unique est basée sur ce que l’on appelle la technologie des pentapodes, que le fondateur de Metrom, Michael Schwaar, a mis au point il ya 20 ans. Essentiellement, il s’agit de cinq vis à billes multidirectionnelles qui déplacent une broche dans les positions nécessaires. Comme si cela n’était pas assez remarquable, Metrom a également associé sa technologie de pentapode à diverses techniques de fabrication additive.

« Nous ne voulions pas nous limiter au marché habituel des centres d’usinage, nous nous sommes donc demandé comment nous pourrions exploiter le potentiel considérable de notre machine », explique Susanne Witt, fille du docteur Schwaar et directeur général actuel de Metrom. . « Notre technologie peut bouger beaucoup plus qu’une broche, après tout. » Avec son mari, Marcus Witt (qui dirige les activités de vente techniques de la société en tant que CTO), l’ingénieur industriel de 39 ans a donc commencé à chercher des partenaires appropriés – et en a trouvé deux à Gefertec à Berlin et à l’Institut Fraunhofer pour la machine-outil et le formage. (IWU) dans les environs de Chemnitz.

METROM

 

Coopération fructueuse entre Metrom et le Fraunhofer IWU de Chemnitz: Marcus Witt, Susanne Witt, Christopher John (première rangée à partir de la gauche), Tobias Clauß, Martin Kausch et Johannes Blase (dernière rangée à gauche).

 

 

Grâce au succès des projets de coopération qui en ont résulté, Metrom et ses 15 employés peuvent désormais proposer des machines utilisant des modules interchangeables pour imprimer en 3D des métaux synthétiques et du métal (par soudage par superposition) et créer des objets d’une taille maximale de deux mètres cubes. La société affirme que les machines sont même capables de six mètres cubes dans certaines conditions. La simple commutation d’outils permet le traitement intermédiaire et ultérieur via le fraisage et le perçage sans avoir à resserrer la pièce. «En combinant des méthodes additives et soustractives, nous ouvrons de nouvelles possibilités dans de nombreux domaines d’application», déclare Marcus Witt. Une autre particularité de cette machine-outil hybride flexible à cinq axes est sa mobilité, qui permet de réparer des choses comme les turbines de centrales électriques là où elles fonctionnent.

FORMNEXT POUR METTRE EN VALEUR UNE TENTATIVE de RECORD DU MONDE

La tête d’impression utilisée par Metrom pour la production de produits synthétiques a été développée par le Fraunhofer IWU susmentionné. L’unité d’extrusion de 40 kilogrammes, qui exploite la technologie SEAM (fabrication par extrusion d’extrusion de vis), est capable d’utiliser un granulat standard. Selon Christopher John, qui supervise le projet correspondant à l’institut, les coûts des matériaux sont bien inférieurs à ceux des techniques classiques FDM et FLM. Sa buse de dérivation brevetée rend également le volume de sortie entièrement variable, de zéro à 100%. Cela signifie que le processus d’impression « peut être arrêté puis redémarré après un changement de position. En même temps, la tête d’impression peut également produire des objets à parois minces. Elle offre un autre avantage en association avec la machine à pentapod de Metrom:» Elle produit Les parois rondes et angulaires et les cloisons stabilisatrices forment un processus continu qui prend très peu de temps », explique John. Il ajoute qu’un large éventail d’applications est possible, des dispositifs de serrage pour les composants en PRFC aux utilisations dans la production automobile. Selon John, toutes ces opérations peuvent être effectuées à une vitesse de traitement élevée, raison pour laquelle Metrom et Fraunhofer IWU espèrent faire plus que présenter leur nouvelle technologie à Formnext 2019 (sur un stand partagé hébergé par IHK Chemnitz). John a déjà annoncé son intention « d’établir un nouveau record du monde en atteignant une vitesse d’impression de 1,2 mètre par seconde », soit au moins quatre fois plus vite que les autres méthodes actuelles. Cela rendrait également une myriade de nouvelles applications plus rentables dans les environnements industriels.

metrom metrommetrommetrom 2010_Juni_Steelconcept_Metrom_024

 

 

 

 

« UN NIVEAU DIFFÉRENT D’IMAGINATION »

Pour Susanne Witt, la manière dont les technologies additives ont joué un rôle de premier plan dans le développement en cours des machines de Metrom a à voir avec le niveau d’imagination «différent que les clients exposent maintenant. «Avant, nous devions beaucoup expliquer l’impression 3D et faire un effort pour convaincre les entreprises», se souvient-elle. «Ces jours-ci, ce sont eux qui nous adressent leurs demandes.« À cet égard, la nouvelle orientation novatrice de son entreprise s’aligne de manière optimale sur l’acceptation croissante de la fabrication additive.

En effet, les années à venir pourraient ouvrir la voie à d’autres domaines d’application que Metrom et Fraunhofer IWU n’ont même pas commencé à considérer aujourd’hui. «Pour une entreprise d’ingénierie mécanique comme la nôtre, les développements sont toujours guidés par les clients», fait remarquer Susanne Witt. «C’est finalement le client qui détermine notre direction», affirme Christopher John.


FON MAG Formnext Magazine – Texte : Thomas Masuch – Photos: Metrom – 2019/09/09

Nos engagements

technique
Support technique
rea-paiement
Paiement sécurisé