Retrouvez-nous au salon Eurosatory à Paris du 17 au 21 Juin | Stand E175

VECTRIC | Graver en V

22/07/23

Logo Vectric

Stephan Forseilles – Graver en V

La créativité et l’inspiration qui sont partagées sur le forum Vectric et les médias sociaux ne manquent jamais de nous étonner, et c’est ce que nous aimons vraiment dans cette communauté CNC/Vectric. Un après-midi, en parcourant le monde de YouTube, nous sommes tombés sur une vidéo géniale sur la création d’une incrustation sculptée en V, et nous nous sommes retrouvés accrochés à en regarder d’autres !

Stephan Forseilles crée un contenu éducatif attrayant sur sa chaîne YouTube et chaque vidéo vous emmène dans un voyage du début à la fin sur la façon dont Stephan crée ces incrustations complexes en utilisant le parcours d’outils VCarve.

Pour l’étude de cas de ce mois-ci, nous avons réussi à rencontrer Stephan et à lui poser quelques questions sur ses projets d’incrustation et sur la manière dont il s’est lancé dans la CNC. Stephan a commencé par nous dire ce qui l’a amené à la CNC et pourquoi…

Je travaille dans l’informatique. Ma formation consistait à programmer des ordinateurs, mais au fil du temps, j’ai migré vers la gestion et le conseil (j’ai 50 ans aujourd’hui). J’ai commencé à travailler le bois il y a 2 ou 3 ans. Mais quand on aime le travail du bois et la programmation, on finit par vouloir une CNC.

J’ai commencé avec une petite CNC chinoise 3018 d’une valeur d’environ 200 $. Elle était petite et lente, mais j’ai appris les bases en l’assemblant moi-même et en réalisant mes premiers projets. Au bout d’un certain temps, j’ai ressenti le besoin de passer à la vitesse supérieure et j’ai opté pour une CNC plus grande (1000×1000 mm), mais toujours un modèle « hobby » que j’ai reçu en kit et que j’ai dû assembler moi-même.

Derrière chaque projet créatif, il y a un début.

Qu’est-ce qui a poussé Stephan à apprendre l’art de l’incrustation en V pour ensuite l’enseigner à d’autres ?

J’étais fasciné par les incrustations que je voyais sur des chaînes YouTube comme « Brother in Wood » et « mtmwood », mais j’avais du mal à obtenir de bons résultats. Il existe peu de bons tutoriels sur ces techniques, surtout si l’on veut réaliser des incrustations profondes avec de nombreux détails complexes. J’ai donc commencé à créer de grandes quantités de bois de chauffage incrusté… mais je me suis amélioré à chaque essai. C’est un long chemin d’essais et d’erreurs, car chaque projet peut prendre des semaines si l’on n’y travaille que le soir et les week-ends. J’apprends encore beaucoup à chaque projet !

C’est ce qui m’a donné l’idée de partager mes expériences sur YouTube, afin que d’autres puissent aller plus vite et que nous puissions partager nos trucs et astuces.

Je fabrique principalement des planches à découper en bois de bout. Lorsque ma femme m’a dit que 5 ou 6 planches à découper suffisaient pour une cuisine, j’ai commencé à les offrir à des amis. J’essaie de personnaliser le design pour eux, et je pense que ce sont d’excellents cadeaux parce qu’ils sont utiles et personnels. Je ne les vends pas. Je le ferai peut-être plus tard, lorsque je serai assez douée pour cela.

Stephan a certainement le sens du détail, mais quels sont les défis auxquels il est confronté lorsqu’il démarre un projet et comment notre logiciel contribue-t-il à faciliter ce processus ?

Pour moi, la partie la plus difficile est l’idée originale ! C’est plus facile si j’ai l’intention de faire un cadeau, car je les personnalise en fonction de ce que je sais des personnes qui les recevront. Le dernier que j’ai fait était pour un fan de Star Trek. Mais je dois trouver quelque chose qui soit suffisamment stimulant et qui me permette d’apprendre quelque chose, tout en restant réalisable sans passer des dizaines d’heures à sculpter.

Dans le passé, j’essayais simplement de trouver un SVG ou de tracer un bitmap dans VCarve et de commencer avec les chemins d’outils. Mais j’ai appris qu’il vaut la peine de passer plus de temps dans la phase de conception pour s’assurer qu’elle est bien adaptée au processus d’incrustation. Par exemple : y a-t-il des parties de mon dessin qui sont suffisamment étroites pour empêcher la sculpture de « descendre » à la profondeur de l’aplat ? Dans mes derniers projets, même si j’avais des SVG au départ, j’ai tout redessiné dans VCarve. En utilisant l’outil Courbe et l’édition de nœuds, je peux faire à peu près tout ce que je veux plus rapidement qu’avec Illustrator.

Pour ceux d’entre nous qui réalisent régulièrement des projets d’incrustation VCarve, nous avons tous des paramètres et des outils que nous ne jurons que par eux, alors découvrons quelle est la configuration préférée de Stephan…

J’utilise principalement le chemin d’outils VCarving/Engraving, bien sûr. Si le design le permet, je fais la poche avec une profondeur plate de 8 mm, afin que l’incrustation soit assez profonde pour être résistante. Une incrustation de 2 mm est acceptable pour une boîte à bijoux, mais pour une planche à découper qui sera attaquée avec des couteaux de cuisine et trempée dans de l’eau savonneuse tous les jours, il faut quelque chose de plus résistant. Pour le bouchon, j’utilise la technique « Start Depth » pour définir la profondeur de pénétration du bouchon (généralement 7,5 mm pour avoir un « espace de colle » de 0,5 mm) et fixer une profondeur plate de 2 ou 3 mm qui définit la partie du bouchon qui « dépassera » de l’incrustation et qui sera enlevée plus tard.

Comme ma CNC est un cadre en aluminium léger, je ne peux pas sculpter 10 ou 11 mm d’un coup, alors je crée des parcours « pré-passages », car V-Carve ne le fait pas automatiquement au-dessus de la profondeur de départ (pour l’instant ?).

Mes mèches préférées sont une mèche en queue de poisson de 3,175 mm (1/8″) pour le dégagement, avec des passes de 5 mm à une vitesse de 400 à 600 mm/min selon le bois (désolé pour le système métrique, je suis européen et le système impérial m’est un peu étranger). La finition se fait avec une mèche en V de 6mm 10 ou 15° ou une mèche à nez rond (mais petit nez, généralement 0,25mm) que je configure comme une mèche à sculpter avec une pointe plate. Aussi, avec des passes de 5mm, 300 à 500mm/min. Ces pointes de 0,25 mm à 10° peuvent être assez fragiles.

J’utilise également des mèches plates bon marché de 6 mm ou ¼’ pour aplatir les planches avant de les sculpter et une mèche de même taille pour enlever l’excès de matériau du bouchon après la prise de la colle (une scie à ruban serait plus rapide, mais je n’en ai pas). J’utilise une fraise à queue pour cette partie du processus parce qu’elle pousse vers le bas et n’arrache donc pas les petites incrustations de la planche.

Pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient tenter l’expérience, Stephan donne quelques conseils sur les matériaux qu’il utilise et les raisons pour lesquelles ils conviennent à ses projets…

J’aime utiliser le hêtre comme base pour mes planches parce qu’il est assez dur, qu’il a une couleur beige clair sur laquelle je peux faire des contrastes, qu’il est facile à trouver et qu’il n’est pas trop cher. J’aime aussi travailler avec le chêne (solide, facile à trouver et qui sent bon quand on le coupe) comme bois clair. Pour les bois foncés, j’utilise souvent l’iroko, mais mon préféré est le noyer. Malheureusement, il n’est pas facile à trouver et il est assez cher ici en Europe. Le padouk donne de beaux tons orangés. Ce sont ceux que j’utilise le plus.

Je m’approvisionne en bois brut auprès d’une scierie locale et j’ai acheté une petite raboteuse (une « thicknesser », de ce côté-ci de l’Atlantique). Le coût de la raboteuse est rapidement compensé par le fait que le bois brut est beaucoup moins cher !

Comme je fais des planches de bois de bout, le travail préparatoire consiste à planifier, déchirer, coller, planifier à nouveau, recouper et coller une deuxième fois. C’est un long processus, mais le bois de bout est beaucoup plus résistant aux couteaux !

Maintenant, nous voulons savoir comment terminer au mieux un projet comme celui-ci !

Une fois que l’incrustation est collée à la base et que l’excédent de matériau est enlevé à l’aide d’une mèche descendante jusqu’à 0,5 mm au-dessus de la surface, il y a beaucoup de ponçage. Je commence par un grain 40-80 jusqu’à un grain 1000. S’il y a de petits défauts ou des lacunes, je les remplis avec de l’époxy alimentaire. Mais dans un monde parfait, il ne devrait pas y en avoir.

Les planches sont ensuite saturées d’huile minérale de qualité alimentaire et une couche de cire pour blocs de boucherie est appliquée.

Avec chaque incrustation réalisée par Stephan, il y a beaucoup de réflexion pour s’assurer que les leçons sont tirées en vue de l’incrustation suivante.

Avec chaque projet, j’apprends quelque chose de nouveau et j’aimerais toujours pouvoir refaire les projets précédents en les utilisant. Mais lorsque j’ai commencé à sculpter, j’ai perdu beaucoup de temps parce que je n’avais pas les bons outils. Cependant, si vous avez de très grandes incrustations sans détails, les incrustations profondes ne fonctionneront pas bien si elles sont finies avec des mèches d’un angle supérieur à 15 degrés.

En fin de compte, nous voulons apprendre tous les secrets de Stephan afin de pouvoir nous aussi créer de belles incrustations sculptées en V ! Voici donc quelques-uns des meilleurs conseils de Stephan !

J’essaie de partager tout ce que je sais dans mes vidéos YouTube ! Mais si je peux donner trois astuces (en plus de l’apprentissage de la technique), ce sont les suivantes :

1) Passer suffisamment de temps sur le design

2) Apprendre à faire de bonnes ébauches, sans lacunes

3) Obtenir une bonne mèche en V de 10 à 15°.

4) (Oui je sais, j’ai dit trois) S’amuser !

Nous voulons en savoir plus !

Y a-t-il des projets que nous devrions surveiller à l’avenir ?

Je viens de terminer mon dernier projet, une planche à découper sur le thème de Star Trek. Je travaille actuellement sur une planche Harley-Davidson (un classique) pour un ami, mais pour l’avenir, je veux expérimenter le mélange des matériaux dans les incrustations : aluminium, matériaux synthétiques, époxy, … J’ai également commencé à expérimenter ce que j’appelle la « sculpture procédurale » : dessiner des courbes avec des équations mathématiques ou du code informatique, puis les convertir en gcode.

WOW, nous sommes impatients ! Vous pouvez vous abonner à la chaîne de Stephan ici pour voir ce que Stephan et sa CNC aux yeux globuleux préparent !

  • Article de notre partenaire VECTRIC

Nos engagements

technique
Support technique
rea-paiement
Paiement sécurisé